New Victoria, T1

Publié le par Dysto-Steam

 

new-victoria--tome-1-2654282-250-400.jpg

 

Auteur : Habel lia

Maison d'édition : Bragelonne

Pages : 43.

Prix : 17,20 euros

Public : YA

Date de Sortie : 17 aout 2012

 

Résumé

2195. Nora Dearly, jeune fille de la haute société de New Victoria, est plus intéressée par l’histoire militaire de son pays que par les bals et les jolies robes. Elle n’imaginait pas que la mort de son père, le docteur Dearly, la projetterait au cœur des conflits qui menacent les frontières du pays… Kidnappée par une faction rebelle, Nora doit combattre ses préjugés pour comprendre leurs motivations. Bram Griswold, un jeune soldat courageux et séduisant, entend bien lui ouvrir les yeux sur la véritable menace qui pèse sur les vivants… comme sur les morts.

 

Avis de Dysto-Steam


Je vais tout d'abord m’arrêter sur le décor, L'auteur a fait preuve d'une très grande originalité en implantant un décor victorien dans le 22e siècle. Un steampunk futuriste nous ai extrêmement bien décrit. Mais l'auteur ne s’arrête pas la et en plus d'écrire un steampunk, il nous emmène dans une dystopie, et cela sans aucune fausse note, les genres sont maîtrisés et on sent un grand travail de recherche.

L'histoire est tout aussi originale, une romance entre une jeune fille, Nora et un zombie, Bram capitaine d'une unité de soldats zombies, le tout au milieu de conflits politiques, de guerre. On a une alternance des points de vue donc à chaque chapitre nous changeons de narrateur. L'auteur a su exploiter au maximum chacun de ses personnages, même pour ceux secondaires, en leur offrant une identité bien distincte les uns des autres. Et du coup j'ai adoré découvrir le personnage de Pamela qui au départ me paraissait niais. On note une très belle évolution dans les caractères tout au long de l'histoire. Par contre le côté romance était un peu trop surjoué, cliché. Mais vite oublié par le grand nombres d'actions et les changement de points de vue, qui evitent que l'on s'enlise dans le guimauve et que l'on s’ennuie. Donc au finale un bon dosage pour plaire au plus grand nombre de lecteurs.

Le roman est très bien construit, on ne se mélange pas, on avance sans décrocher. L'humour sur le coté zombie est très agréable et originale, cela change des zombies écœurants et sans personnalité.

Petit bémol sur la fin où j'ai trouvé que les enchaînements étaient un peu trop précipités.

 

Dysto-Steam

Publié dans YA en Vrac

Commenter cet article