L'amour par petite annonce - Debbie Macomber

Publié le par La Mordue

 

Auteur : Debbie Macomber

Editeur : J’ai Lu pour elle – collection Promesses

 Prix : 6.60 €

318 pages

Résumé :

Mary, en Lousiane, découvre l’annonce de Travis dans une gazette du Montana : cherche épouse pour s’occuper de trois enfants. Doit savoir cuisiner, coudre et chanter. Vivra dans un ranch. Elle répond : je suis excellente cuisinière, fais mes propres robes et suis soprano à l’église. Je ne connais pas grand-chose du bétail mais ne souffre pas du rhume des foins. Et c’est ainsi qu’elle se retrouve à l’autre bout de l’Amérique.

Fuir sa solitude et se sentir utile, voilà ce qui motive la timide Mary. Travis, lui, s’acharne à conserver la garde des enfants de son frère qui vient de mourir. Tâche trop lourde pour un fermier célibataire ! Ce sera un mariage de pures convenances, pas question d’amour entre ces deux êtres si différents.

Car n’est-ce pas pure folie que d’imaginer trouver l’amour par petite annonce ?

Avis de Baby Marie :

 

A chaque début d’été, j’achète un roman de la collection Promesses de chez J’ai Lu pour elle. L’année dernière, j’ai ainsi découvert la série des Chicago Stars, qui est vraiment excellente. C’est donc avec l’idée de découvrir un nouvel auteur que j’ai choisi ce roman. J’aime lire des histoires romantiques, à l’ombre dans mon jardin. Je vais être honnête : je n’aurais pas du choisir cette histoire.

Le résumé promet de la romance, certes un peu prévisible mais quand même, de l’histoire d’amour, du sentiment sur fond de ranch et de bottes de cow boy. Le problème, c’est que les personnages sont tellement exécrables et la trame romanesque si bateau que le romantisme est passé à la trappe.

Je n’ai jamais détesté un personnage masculin comme j’ai détesté Travis. Le type, en bon gros macho, explique qu’il ne veut pas se marier, parce que bon avoir une femme dans les pattes ça va cinq minutes, mais il n’arrive pas à gérer trois gosses donc il lui en faut une. En ce qui me concerne, le pauvre garçon partait déjà avec un sérieux handicap. Comme si élever des enfants et gérer le quotidien était réservé aux femmes. Ensuite, au moment où il la rencontre, il se sent floué : la pauvre n’est pas assez jolie mais il fera avec. Non mais pardon ?!

Venons-en à Mary : le cliché de la bibliothécaire célibataire et vierge à plus de trente ans. L’auteure use de ficelles de la taille d’un éléphant et c’est franchement pitoyable. Mary se trouve moche et fade mais oh, un type veut bien l’épouser et lui refiler trois mômes, elle va enfin réussir sa vie, happy end ! A croire que Debbie Macomber est conservatrice au dernier degré.

L’histoire secondaire est d’un ennui ! Bourrée de clichés : l’avocat du coin qui se tape la serveuse au passé douloureux, la nana qui refuse de s’engager par peur de souffrir, le gars qui boit pour oublier qu’elle ne veut pas de lui mais han, en fait elle avait peur de lui faire honte et lui croyait qu’elle n’assumait pas ses sentiments pour lui …. On dirait un vieux téléfilm allemand diffusé l’après-midi sur certaines chaînes : chiant comme la pluie.

A la place de mon histoire de filles, je me suis retrouvée à lire les aventures d’une jeune femme qui passe de bibliothécaire célibataire à femme au foyer sans ambition, mariée à un abruti. J’espère pour l’auteure que ce n’est pas sa conception de la vie conjugale parce que si c’est le cas, perso je passe mon tour.

En clair : une lecture très très décevante. J’irai même jusqu’à dire que je regrette de l’avoir acheté mais surtout de l’avoir lu. Je repars donc en quête de mon histoire romantique de l’été.

Publié dans Baby Marie Vamp's

Commenter cet article