Interview d'une auteure : Angélique Isselin

Publié le par La Mordue

La Mordue s'improvise journaliste ...


Suite à mon coup de coeur pour "Ses yeux comme des miroirs" j'ai penser poser quelques petites questions à l'auteure pour en savoir un peu plus ... La Mordue est curieuse.

 http://3.bp.blogspot.com/_l9lk84aOW2s/TBe5glvbKsI/AAAAAAAAAR0/wSFu-KEFXzM/s1600/Untitled-4+copy.jpg

J'ai eu la chance de connaître Angélique via Twitter et c'est un vrai bonheur de papotter avec elle. C'est une personne disponible et pleine d'humour, à la plume qui ensorcelle. Ma Chronique "ses yeux comme des miroirs" est disponible ici. Passons aux questions ...

 

* * *

 

Hello !

Avant de démarrer les questions, peux tu te présenter rapidement à mes petits Vamp's ...

Je m'appelle Angélique Isselin, J'ai 37 ans et je vis dans le sud de la France, c'est important de le préciser pour comprendre la suite... Je suis une acharnée de l'internet. Certains me connaissent par mon blog consacré à "la cité des ténèbres" d'autres parce que j'ai dû polluer certains forums avec mes théories scabreuses. J'ai un humour très décalé qui se ressent toujours un peu dans mon écriture. Je suis mariée et j'ai deux petites filles dont une s'appelle Marie (tiens...tiens...)


 J’ai eu la chance de découvrir ton roman « ses yeux comme des miroirs »
 est-ce ton premier roman ? Comment tout à commencer ?
Disons que "ses yeux comme des miroirs" est mon premier roman abouti. Avec toutes les maladresses que cela comprend. Comment tout à commencé? j'ai fait un rêve, une jeune fille qui découvre que le garçon dont elle est tombée amoureuse est un vampire... Euh , non ça c'est pas moi, c'est S.Meyer non? pour moi tout a commencé dans ma voiture, j'ai visualisé cette jeune fille glaciale et bouffée par la jalousie dire à la petite touriste américaine, "l'histoire, c'est l'Arlesienne et le raseteur, il n'a jamais été question d'une américaine"... Et c'est de là que tout est parti. De là et d'une passion pour l'écriture qui me tient depuis l'enfance.


Depuis quand es-tu publier ?

Pendant un an, j'ai soumis le manuscrit à des tas de maisons d'édition au hasard, sans trop réfléchir aux lignes éditoriales et du coup, je n'ai eu que des retours lettre type "malgré tout l'intérêt bla bla bla..." jusqu'au jour où j'ai eu mon premier retour négatif construit, argumenté et très encourageant. Les éditions Héloïse d'Ormesson, m'ont répondu ne pas pouvoir éditer le roman pour plusieurs raisons (majorité de romans étrangers et peu de premiers romans) par contre, il m'ont prouvé qu'ils avaient lu le livre et m'ont encouragée à persévérer. Alors j'ai compris qu'un premier roman, qui traite d'un sujet à la particularité locale si marquée serait bien trop dur à placer. Donc je l'ai auto produit, pour lui laisser sa chance d'exister.

 

Quels sont tes conditions de travail ? Écoutes-tu de la musique ?

Je n'écoute pas de musique pendant que j'écris, mais la musique m'inspire. En fait, mon inspiration vient souvent pendant que je conduis! Donc je baisse légèrement la radio et je me mets à parler à voix haute dans l'habitacle. Je fais les dialogues. Je n'ai jamais imaginé la réaction des gens à me voir parler toute seule!? Ensuite, quand je trouve une feuille et un stylo, je consigne vite ce à quoi j'ai pensé avant d'oublier. Il m'est arrivé d'utiliser une dizaine de prospectus verso... On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a!

 

Lis-tu beaucoup ? Quel genre ?
Je lis beaucoup, oui. Moins que la plupart d'entre vous (les twitteuses blogueuses chroniqueuses chères à mon cœur....lol) mais j'essaye de lire le plus possible. J'affectionne particulièrement la bitlit et les belles histoires. J'aime qu'un livre me fasse rêver, m'embarque dans un autre univers.

 

La Provence est très présente dans le roman pourquoi avoir choisi ce décors, et pourquoi en faire une partie importante de l’histoire ?

Parce que j'y habite, j'y suis née. Il était peut-être plus simple pour mon premier roman de décrire ce que mes yeux voyaient. Après c'est devenu une sorte de jeu et si tous les romans que j'écrivais se passaient en Provence ou y avaient une référence à un moment donné de l'histoire... Je vais essayer de m'y tenir.



Comme je l’ai noté dans ma Chronique, les courses camarguaises font partie
du roman. Une passion ?
 
Et bien mon beau frère est raseteur depuis qu'il a l'âge de 13 ans, et à bien des aspects, il y a du Julian en lui. J'écume les arènes pour le suivre depuis qu'il a commencé. Le véritable enjeu c'était de parler de la course camarguaise sans être rébarbative et pouvoir la présenter au néophyte, en expliquer le fonctionnement. C'est un sport, peu de gens le savent et font l'amalgame avec la corrida, alors que très sincèrement il n'y a aucun rapport. Peut-être qu'inconsciemment je voulais apporter de l'intérêt pour ce sport en le faisant découvrir dans ce roman. Mais ce n'ai qu'une toile de fond comme tu l'as très justement remarqué. Je ne voulais pas non plus que ça lasse le lecteur.


T’es-tu inspirée de ton entourage pour les personnages du roman ?

Ah The Question! Eh bien non. La seule personne réelle est Mireille qui n'est autre que ma maman à qui j'ai dédié ce livre. Pour elle la course camarguaise est une véritable passion. Depuis qu'elle est à la retraite elle passe tous ses weekend dans les arènes! Pour Julian, on peut dire que je me suis inspirée de plusieurs raseteurs que je connais. C'est un subtil mélange de près de cinq d'entre eux! pour les autres, pure imagination.


Jenny aime écrire des chansons … Un peu comme toi ?
 
Hélas non! J'ai dû travailler une semaine pour essayer d'écrire la chanson qu'elle créé pour Julian, et c'était ... horrible! donc j'ai préféré mettre ça de côté. Qui sait? Peut-être que d'ici à la sortie de la suite, j'aurais enfin trouvé les paroles justes et que je les glisserai en bonus!!

Julian est un personnage addictif, est-ce dur de créer ce genre de personnages ?

 Assez, et à la fois pas tant que ça. Il suffit de s'identifier un peu au personnage et de penser comme lui. ça permet de garder le cap de sa personnalité. Mais s'identifier à Julian n'est pas évident. Julian est une âme déchirée, il survit de ses blessures et se demande à chaque seconde pourquoi il tient toujours debout après tout ce qu'il a vécu. Décrire ces souffrances n'est vraiment pas évident. J'étais heureuse de lui apporter un peu de bonheur. ça ne lui enlève pas ses doutes pour autant. Pourquoi la vie serait-elle généreuse avec lui du jour au lendemain?


La fin de « Ses yeux comme des miroirs » nous tient forcément en haleine, à
quand le T2 ? As-tu des idées de titres ?
 
Une exclu pour la mordue alors? La suite est en écriture et devrait s'intituler "quand souffle le vent du poète", en référence directe à Mistral... C'est une véritable exclusivité que tu as là!

Peux-tu offrir une petite exclu à La Mordue et ces petits Vamp’s sur la
suite ?
 
Déjà le titre comme je viens de le dire! Mais je peux te dire que naturellement, les choses ne vont pas être aussi simples pour nos deux amoureux. De nouveaux personnages vont y veiller. Et de la part de ceux que nous connaissons déjà, il y aura un grosse trahison... Il va falloir méditer là dessus pour le moment!
Viens tu de temps en temps dans l'Asile ?
 
Oui je viens lire tes chroniques dès que tu en avises sur Facebook ou twitter.
Si oui, pourquoi? des conseils lectures?
 
Tes chroniques peuvent en effet m'inciter à alourdir un peu plus ma PAL!!! En plus, comme je suis fan de bitlit et que tu te fais appeler la mordue, nous étions faites pour nous entendre!

Si tu devais être une créature surnaturelle, laquelle serais-tu?

Un vampire sans hésiter! Je suis une passionnée de vampire depuis toute petite ma première rencontre avec le genre, "le vampire de ces dames" avec George Hamilton c'était un film comique je me souviens j'avais été fascinée!

Le mot de la fin ?
 
Je te remercie pour cette interview, c'était très amusant de me livrer un peu et de pouvoir expliquer mes motivations et mes intentions. J'espère avoir donné envie aux lecteurs de ton blog l'envie de découvrir ce roman.
Un grand merci à toi ! La Mordue


 

 

Publié dans La Mordue & ces mots

Commenter cet article

Kelith 14/04/2011 13:14



C'est une idée géniale ça !! =D


Merci à toi d'avoir fait cet interview et à l'auteur d'y avoir répondu. J'ai trouvé ça très intéressant, et en plus plein d'humour ^^.


Dans tous les cas, Ses yeux comme des miroirs à déjà rejoint ma wish-list et je compte bien le commander sous peu :).



La Mordue 14/04/2011 13:30



Merci beaucoup, je suis ravie que sa te plaise. Et encore merci à Angélique !


J'ai hâte de connaitre ton avis sur le roman, n'hésites pas à donner ton avis sur la page Facebook de l'auteure je penses que sa lui fera plaisir ;)